23 avril 2008

Où je fais étalage du peu de conscience sociale qui m'habite...

chatJ'ai trop mangé de gâteau chocolat. C'est que d'habitude quand c'est mon break, je me prends une chocolatine au café en face mais là, y en restait pus faque j'ai dit: "Fuck off, aujourd'hui on essaie le gâteau" mais crisse, c'est du triple chocolat genre. J'ai l'impression d'avoir du sirop dans les veines.

Mais bon, pendant que je me bourrais la face, je lisais le journal en me disant que j'étais crissement écoeuré du discours écolo. En fait, ça m'a toujours laissé de marbre les discours écolos mais là je suis juste tanné. Tsé, disons que j'ai la conscience ben tranquille à ce niveau là. Je conduis pas, je bois toujours dans la même bouteille d'eau, je récupère ce que je peux et en gros, mon peak de pollueur, c'est mes botches de cigarettes que je pitche à terre.

De toute façon, je pense qu'environnementalement, je suis une espèce de trou du cul. Je m'en crisse et je l'assume. En fait, je me crisse pas mal de toute. Tant que les chats ont ce qu'il faut. Justement. Hier, ma chérie d'amour était venue me chercher à la job pis en revenant, on voit un chat crissement cute sur la rue. Là, je fais comme remarquer qui y manque une patte. Ça, ça m'a touché. C'est poche mais quand on est poche, faut vivre avec.

Quinze minutes plus, je sors fumer une toppe avec Julie sur la galerie en arrière pis là, on entend un chat qui lâche un osti de cri intense. Du genre, une chatte vient de passer au batte. On voit ladite chatte qui part à la course et kessé qu'on voit pas: le chat à trois pattes qui lui court après. Super.

Un peu plus tard, il devait être deux heures du matin, j'écoutais la tévé pis là, Charlotte se met à courir d'un bord pis de l'autre de l'appart en miaulant. Après deux minutes de ce traitement, je m'écoeure de l'entendre se pitcher dans les stores de la fenêtre et je lui dis: "OK Charlotte, tu vas te calmer parce que sinon je te crisse dans la toilette".

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis certain que s'il y avait des tests MENSA pour les chats, je suis prêt à parier que Charlotte pèterait des scores. Mais ce qui est le plus badtrippant, c'est qu'elle est doublée d'un caractère baveux donc, quand elle se décide à nous faire chier, on dirait que rien n'est laissé au hasard.

Je venais donc de lui faire ma menace et là, Charlotte part se cacher à l'intérieur d'un fauteuil tout en continuant à me miauler: "Pauvre con, je vais ben miauler tant que ça va me tenter, anyway je l'sais que tu comprends même pas comment je fais pour rentrer dans c'te fauteuil là." En fin stratège que je suis, j'en viens à la conclusion que si Charlotte miaule, c'est parce qu'il y a un chat dehors qui la cruise faque si je le fais décrisser, probablement que retour au calme il y aura.

Je mets donc mes espadrilles et ma veste et je sors sur la galerie, ben pompé à imposer un régime de terreur à toute espèce vivante à l'extérieur. Comme j'ouvre la porte, je prends une grande inspiration et au moment où je m'apprête à semer la terreur, je vois-tu pas le petit chat à trois pattes sur ma galerie.

Une question morale s'amorce alors dans mon esprit: "Doit-on traiter les animaux infirmes de la même façon que les animaux en pleine possession de leurs moyens?" Une seconde de réflexion plus tard, la réponse sortait de ma bouche: "Heille, chat à trois pattes, décrisse".

J'en ai profité pour en griller une et contribuer du même coup au sacage de notre belle planète en pitchant mon botche à terre. Je vous le dis, je me crisse de pas mal toute.

Posté par joelmortel à 16:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Où je fais étalage du peu de conscience sociale qui m'habite...

    Salut!

    Ton blogue est super. je l'ai ajouté à mes favoris. Continues d'écrire c'est le fun de te lire.

    Posté par Sophie, 23 avril 2008 à 21:47 | | Répondre
  • Ton chat se cache DANS un fauteuil. Moi qui pensait que le mien, qui s'insère dans ma sacoche ou mon sac d'école à la moindre occasion, était une case à part, un genre de chat claustrophile.
    Eh non.
    S'il lui manque une patte arrière, à l'infirme, ça doit être tout un show de le voir enterrer sa marde. Si c'est une patte avant, y doit juste avoir l'air cave.

    Y'é cool, ton blogue.

    Posté par P'tite Fille, 30 avril 2008 à 09:43 | | Répondre
  • J'ai eu la même réflexion quand le maudit chat freak des voisins venait écoeurer mon chat sur MA galerie. Il était laid et donc doublement détestable. Je ne pouvais pas lui en vouloir plus à cause de sa laideur, mais bon, je lui ai tout de même lancé une chaudière d'eau froide par la tête en le traitant de maudit chat laitte.

    Pis pour les botches, dis-toi qu'à chaque fois que tu en pitches un, Al Gore pleure. (Sans blague, c'est pas biodégradable sur la pelouse, un botche?)

    Posté par Vertelime, 01 mai 2008 à 15:52 | | Répondre
  • Un chat de moins.

    J'ai une relation ambigue avec les chats. C'est difficile de trouver ça laid, mais je trouve ça inutile, au sens où, généralement, ça m'énarve, un peu comme la vie de Jean Eroldy. Mais là, récemment, après avoir eu des souris dans ma cave à l'automne et d'avoir pété la coche plus que je pensais de trouver ça inconfortable et presque stressant, j'ai vu le chat de la voisine rôder autour de chez nous. Sa seule présence me calmait. J'avais déjà tué toute la famille de rongeurs, mais ce gros chat qui s'intégrait en faisant le pied de grue sur les rebords de mon solage me réconfortait. Je sentais presque qu'on avait un pacte, une solidarité inavouée et subtile qui plaisait aux deux parties.

    L'hiver étant arrivé et les souris étant congelées ou en train de dormir ou ayant tout simplement déménagé, le chat ne servait plus à rien et son habitude à se croire encore indispensable et le bienvenue chez nous ne rimait plus à rien et il chiait (des souris?) sur mon terrain, ce qui ne faisait plus partie du pacte.

    Alors voilà que la semaine dernière, il s'est fait frapper (écrapoutir) dans la rue juste en face de chez nous, et je vous jure que je ne suis pas le responsable de ce décès.

    C'est la seule fois que j'ai ressenti quelque chose à voir une tache de poil félin dans la rue, car contrairement aux autres minous, lui, il avait, pendant quelques semaines, servi à quelque chose. RIP.

    Reste maintenant à voir si les calisses de souris vont danser cet été. Peut-on faire le bouche-à-bouche à un chat écrapout depuis 1 semaine? J'pourrais l'empailler et le laisser faire l'épouvantail près du sous-sol...

    Posté par Kolonel, 19 mai 2008 à 08:56 | | Répondre
Nouveau commentaire