donaldpilon2Y a une semaine de ça, je me réveillais très poreux sur le divan de Mélissa. Je me demande justement si je lui ai envoyé un courriel afin de la remercier pour son hospitalité... Mais bon, mon dernier voyage à Tévéville fut fantastique. Que ce soit le périple en compagnie de TJ BOCA, BADASS BASS et FASTLIGHT SALVAIL ou tout simplement le public délirant qui nous attendait au Quai des Brumes ce soir-là, disons que je vais m'en rappeler crissement longtemps.

En fait, ça s'est tellement bien déroulé que déjà, des rumeurs d'un éventuel retour sur scène de "Les patates..." à Tévéville est déjà envisagé. Plus plus tard comme le disent les américains.

Sinon, depuis ce fameux show, les choses ont bien changé. Tout d'abord, Julie m'a offert une paire de Converse en cadeau à mon retour. Ce serait peu dire que d'affirmer que je suis un nouvel homme. Non mais avez-vous déjà porté des vrais Converse? Pas une imitation de chez Yellow là... Des vrais? Non? Ah... ben vous pouvez pas savoir. On s'en reparlera quand vous serez en mesure de tout comprendre.

En plus de tout ça, Julie et moi, on a un une nouvelle coloc. Elle s'appelle Charlotte. C'est un des deux bébés de Maman-Chat. Elle est crissement smatte.

Enfin, depuis hier soir, je suis le nouveau propriétaire d'un ordi encore plus puissant et je nourris secrètement l'espoir de m'en servir afin d'enregistrer des nouvelles tounes.

Maintenant, laissez-moi vous parler d'un classique du cinéma québécois que j'ai découvert dans les dernières 48 heures. Il s'agit d'un film datant de 1971 et mettant en vedette nul autre que Donald Pilon ainsi que Donald Lautrec. Comme si ce casting de rêve ne suffisait pas, rajoutons le légendaire Claude Fournier à la réalisation et vous avez cette légende du cinéma québécois intitulée "Les chats bottés".

Un seul mot: Wow! Sur cette page, on résume le film ainsi: Les moult aventures de deux copains célibataires, Ducharme et Beausoleil, entre paresse chronique, combines foireuses et dragues quotidiennes .....

En passant, c'est pas moi qui ai rajouté non pas les trois mais les cinq petits points de suspension. Ce qui est ben plate dans tout ça, c'est que j'ai pogné ce film-là sur le poste de tévé Cinépop pis je viens de voir sur le site que ça repassera pas avant le 31 décembre prochain semble-t-il... Ça, c'est de moi ces trois points de suspension là.

Tout ça m'a donné une idée des plus originales. Je vous invite, chers lecteurs et chères lectrices, à me faire part de votre film québécois obscur préféré, qui selon vous, mériterait d'être connu de tous. Nous pourrons alors dresser une liste à soumettre pour le projet Éléphant à PKP. La parole est donc à vous! Pika pika pika pika pika pika pika PKP.