25 mai 2007

Où nous faisons enfin le lien entre PKP et Pikachou...

donaldpilon2Y a une semaine de ça, je me réveillais très poreux sur le divan de Mélissa. Je me demande justement si je lui ai envoyé un courriel afin de la remercier pour son hospitalité... Mais bon, mon dernier voyage à Tévéville fut fantastique. Que ce soit le périple en compagnie de TJ BOCA, BADASS BASS et FASTLIGHT SALVAIL ou tout simplement le public délirant qui nous attendait au Quai des Brumes ce soir-là, disons que je vais m'en rappeler crissement longtemps.

En fait, ça s'est tellement bien déroulé que déjà, des rumeurs d'un éventuel retour sur scène de "Les patates..." à Tévéville est déjà envisagé. Plus plus tard comme le disent les américains.

Sinon, depuis ce fameux show, les choses ont bien changé. Tout d'abord, Julie m'a offert une paire de Converse en cadeau à mon retour. Ce serait peu dire que d'affirmer que je suis un nouvel homme. Non mais avez-vous déjà porté des vrais Converse? Pas une imitation de chez Yellow là... Des vrais? Non? Ah... ben vous pouvez pas savoir. On s'en reparlera quand vous serez en mesure de tout comprendre.

En plus de tout ça, Julie et moi, on a un une nouvelle coloc. Elle s'appelle Charlotte. C'est un des deux bébés de Maman-Chat. Elle est crissement smatte.

Enfin, depuis hier soir, je suis le nouveau propriétaire d'un ordi encore plus puissant et je nourris secrètement l'espoir de m'en servir afin d'enregistrer des nouvelles tounes.

Maintenant, laissez-moi vous parler d'un classique du cinéma québécois que j'ai découvert dans les dernières 48 heures. Il s'agit d'un film datant de 1971 et mettant en vedette nul autre que Donald Pilon ainsi que Donald Lautrec. Comme si ce casting de rêve ne suffisait pas, rajoutons le légendaire Claude Fournier à la réalisation et vous avez cette légende du cinéma québécois intitulée "Les chats bottés".

Un seul mot: Wow! Sur cette page, on résume le film ainsi: Les moult aventures de deux copains célibataires, Ducharme et Beausoleil, entre paresse chronique, combines foireuses et dragues quotidiennes .....

En passant, c'est pas moi qui ai rajouté non pas les trois mais les cinq petits points de suspension. Ce qui est ben plate dans tout ça, c'est que j'ai pogné ce film-là sur le poste de tévé Cinépop pis je viens de voir sur le site que ça repassera pas avant le 31 décembre prochain semble-t-il... Ça, c'est de moi ces trois points de suspension là.

Tout ça m'a donné une idée des plus originales. Je vous invite, chers lecteurs et chères lectrices, à me faire part de votre film québécois obscur préféré, qui selon vous, mériterait d'être connu de tous. Nous pourrons alors dresser une liste à soumettre pour le projet Éléphant à PKP. La parole est donc à vous! Pika pika pika pika pika pika pika PKP.

Posté par joelmortel à 11:14 - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Où nous faisons enfin le lien entre PKP et Pikachou...

    moncler und kinder

    Le jubilatoire "L'eau-chaude, l'eau frette" de Marc-André Forcier. L'histoire des préparatif d'une fête donnée en l'honneur d'un petit mafieux (joué par Jean Lapointe) dans un quartier populaire de Montréal.

    Posté par moncler und kind, 30 décembre 2010 à 01:21 | | Répondre
  • Je propose!

    Bon! Enfin, mon majeur en études cinématographique va me servir à quelque chose!!!

    Fait que j'ai deux suggestions pour toi Mortel: le premier, c'est un film de... euh... bon je sais pas qui, me semble que c'est Denys Arcand mais je suis pas sûre. Ça porte le nom très inspiré de Gina, et c'est un peu l'histoire d'une danseuse dans une taverne de chasseurs reculée... C'est avec Gabriel Arcand dans le temps qu'il était jeune et sexy, puis il faut surtout l'écouter jusqu'à la fin parce que me semble qu'il y a une poursuite en ski-doo pis du sang!!!

    La deuxième suggestion, c'est un film de Francis Mankievitz (hum, avec le temps j'ai oublié comment le nom s'écrit je pense). Ça s'appelle Le temps d'une chasse. C'est l'histoire d'un ptit jeune que son père l'amène à la chasse avec ses deux chums, c'est viril comme tout pis c'est avec Fardoche!!! Deux heures de plaisir pur qui sent la terre mouillée!!!

    Posté par Dom, 27 mai 2007 à 12:52 | | Répondre
  • Tape toi "Un Zoo la nuit", de Jean-Claude lauzon. Très touchant vers la fin. Je t'aurais bien proposé Léolo, mais comme c'est déjà un classique, ben y est pas très obscure. Ciao Tit-Gars.

    Posté par Pat Gauthier, 28 mai 2007 à 10:05 | | Répondre
  • Loues toi aussi le coffrêt de Robert Morin, un recueil de court et de longs métrages des plus hétéroclites.

    Posté par Pat Gauthier, 28 mai 2007 à 10:07 | | Répondre
  • Il faut voir "Avec tambours et trompettes", un documentaire d'anthologie sur une réunion de zouaves pontificaux! http://www.nfb.ca/trouverunfilm/fichefilm.php?id=218&v=h&lg=fr

    ATTENTION: contient des répliques cultes!

    Et pis salut Dom! L'Internet est ptit! Bonjour d'Hébertville Beach!

    Posté par Seb, 28 mai 2007 à 13:02 | | Répondre
  • Je m'en voudrais de ne pas rajouter le fameux film qui contient la meilleure ligne des temps modernes ("de la graine de colons!"), et j'ai nommé... hé ben merde, je peux pas trouver le titre... En tout cas, vous pouvez voir ce chef d'oeuvre (et des tas d'autres!) projeté au Musée de la Civilisation, jusqu'au 7 septembre! Ça vaut vraiment la peine!

    Salut à Seb, en direct de la rue Ricken!

    Posté par Dom, 28 mai 2007 à 16:51 | | Répondre
  • Le jubilatoire "L'eau-chaude, l'eau frette" de Marc-André Forcier. L'histoire des préparatif d'une fête donnée en l'honneur d'un petit mafieux (joué par Jean Lapointe) dans un quartier populaire de Montréal.

    Posté par Carole, 28 mai 2007 à 21:59 | | Répondre
Nouveau commentaire