09 avril 2007

Où je deviens un vrai charognard...

rogerJe buvais de la bière avec Freddy Smooth pis Roby Barrette quand je me suis mis à leur raconter l'histoire nébuleuse de Roger Normandin. À ma grande surprise, les gars en avaient pas entendu parler. En fait, jusqu'ici, je connais personne qui en a entendu parler. Je vous en avais pas encore parlé étant donné que Patrick Lagacé en avait déjà parlé sur son blogue. Pis comme on dirait que tout le monde lit son blogue, pourquoi vous en aurais-je parlé?

Sauf que là, j'en viens à la conclusion que c'est pas tout le monde qui lit le blogue à Patrick Lagacé; ce qui me permet de jouer au charognard et de reprendre à mon propre profit une histoire déjà vieille de quelques jours. Allons-y!

Roger Normandin est un obscur réalisateur de films psychotroniques. Mais là, plus psychotroniques que ça, on ne peut même pus appeler ça un film. La meilleure façon de vous faire une idée, c'est de visionner cet extrait tiré du film Rogers Normandin et la quatrième dimension. Pis tant qu'à y être, allez aussi voir cet extrait. Si jamais vous en voulez plus, vous avez rien que à chercher "Roger Normandin" sur Youtube.

Mais là, vous vous douterez bien que si je vous parle de ça, c'est certainement pas rien que pour vous montrer des films douteux. Non non non. En fait, l'histoire derrière ça est crissement dramatique mais c'est tellement digne d'un film, qu'on ne peut s'empêcher d'être fasciné par une telle histoire.

Un certain soir, deux couples font la fête. Tenant compte des 42 bières et des 120 onces de fort qui seront consommés par ces 4 personnes, j'hésite encore à qualifier l'événement de fête mais plutôt de crisse de grosse brosse pas rapport.

Comme l'alcool inspire souvent le génie, voilà qu'un des hommes décide d'effectuer un numéro de lanceur de couteaux et quelques instants plus tard, sa blonde qui servait d'assistante, est blessée mortellement dans l'exercice de ce tour de force. La femme en question se nomme Andrée Gagné et, vous me voyez venir, c'est la belle-mère de notre cinéaste prodige Roger Normandin.

Maintenant, après un jugement de la cour très douteux, le voici qui explique son désarroi à nul autre que mon idole, Denis Lévesque. La bonne nouvelle, c'est que le moment de télévision est en ligne mais ce qui est encore plus extraordinaire, c'est que l'on peut maintenant visionner une tonne d'archives provenant de l'émission de Denis Lévesque.

L'entrevue porte donc le nom de la fille de la victime et conjointe de Roger Normandin, Nadia Lafontaine. Voilà donc notre histoire charognarde de la journée. Bon, faut que j'aille me faire des forces, j'ai le match final d'impro musicale à animer. Il faut que je me trouve des conneries à dire... Tiens, je pense que je vais aller voir d'autres entrevues de Denis Lévesque...

Posté par joelmortel à 14:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Où je deviens un vrai charognard...

    l'histoire du meutre

    voici l'histoire : Le meurtrier Jean Rauzon a pognardé Andrée Gagné à trois reprise dans le coeur avec des couteaux de cuisine par son chum Jean Rauzon de Saint-Goerges-de-Clarenceville,
    une plaie sur trois était de 13,5 cm de profondeur qui a enfoncé dans le coeur de madame Andrée Gagné.


    Nadia Lafontaine fille de Andrée Gagné

    Posté par Jozen, 06 décembre 2009 à 20:15 | | Répondre
  • son ben morons

    M,excuse joel, mais normandin, c'est tellement cave et mal fait que s'en est triste. Je voudrai pas être attardé comme eux ;P

    Posté par pelkev, 09 avril 2007 à 16:59 | | Répondre
Nouveau commentaire